Le Bonjour du 11 juillet

Le Bonjour

Amis de l’église st Jean Berchmans ° st Michel

WE du 10 et 11 juillet 2021

Horaires d’été jusqu’au 29 août :

Week-end:

Samedi:  18h

Dimanche:  8h30 – 10h – 11h30 – 18h30 – 20h

A PARTIR DU 18 JUILLET : ARRET DE LA MESSE DE 20H

En semaine :

7h30 – 11h30 – 18h30

Sacrement de la réconciliation : de 18h à 18h30

Notez la fête de st Ignace le 31 juillet 2021

17h :  Evocation et témoignages

18h :  Eucharistie festive, suivie d’un temps de retrouvailles

Même pour ceux qui ne sont pas concernés par les vacances scolaires qui débutent, la venue de l’été et des beaux jours est propice à un bon changement d’air. Nous en avons tous besoin. Changer d’air ? C’est ce que propose Jésus à ses disciples en les envoyant sur les routes, en mission deux par deux. Il les invite à vivre l’hospitalité, à respirer l’air neuf des maisons qui voudront bien les accueillir. 

Cette semaine, pour changer d’air, faisons comme les disciples de Jésus : prenons le risque de l’hospitalité pour nous réjouir avec d’autres de la venue du royaume. En ces temps de prudent déconfinement, s’accueillir les uns les autres redevient notre bonheur.

Messes Radio RTBF. Elles seront enregistrées à 10h et diffusées à 11h sur la Première. Merci d’arriver à 9h45 pour répéter les chants avec nous.

  • 18 juillet : P. Gilles Barbe
  • 25 juillet : P. Philippe Wargnies
  • 01 août: P. Tommy Scholtes
  • 08 août : P. Jean-Yves Grenet
  • 15 août : P. Bernard Pottier
  • 29 août :  P. Philippe Wargnies

Rendez-vous à Marseille !

Nous aimerions beaucoup partir avec quelques familles à Marseille à partir de l’église saint Jean Berchmans ou du Forum st Michel. On essaiera même de faire un petit groupe de solidarité pour que la dépense ne soit pas trop lourde si on part avec la famille et les enfants.

Nous trouvons que l’enjeu en vaut la peine. Partager et se nourrir ensemble de nos expériences spirituelles où st Ignace a aussi une place, à travers la CVX, ou tout simplement dans notre manière de prier l’évangile ou de discerner.

Du 30 octobre au 1er novembre 2021, on se donne rendez-vous à Marseille – et peut être d’abord à la gare du Midi pour prendre ensemble le TGV – pour un grand rassemblement sur le thème « Au large, avec Ignace ! Tous saints – Marseille 2021 »

Ce rassemblement s’inscrit dans le cadre de l’année ignatienne annoncée par le P. Arturo Sosa sj, supérieur général de la Compagnie de Jésus, ouverte le 20 mai 2021 et s’achèvera le 31 juillet 2022. Elle célébré deux événements marquants :

Contact et inscription : https://ignace2021.org/le-programme/ Mais si vous voulez en parler d’abord, n’hésitez pas à me contacter Tommy.scholtes@tommyscholtes.be

A Bruxelles, il y aussi le p. Jean-Yves Grenet, Jean-Louis d’Hoop, qui sont partants.

Le Père Luc Duquenne retourne en Roumanie

Voici 30 ans en effet, qu’après avoir participé durant plus de 20 ans à l’animation liturgique de notre église, le Père DUQUENNE était envoyé en mission à Bucarest en Roumanie, au lendemain de l’effondrement du communisme dans ce pays.  Notre communauté célébrant s’engageait alors à soutenir la présence et l’action des jésuites dans ce vieux pays chrétien. Et 30 ans durant, avec l’aide d’amis fidèles, il a pu bénéficier de votre précieux soutien.       

Après un long confinement à Bruxelles, ces derniers mois, durant lequel il a pu rendre parmi nous quelques services, désormais dûment vacciné, le voici sur le départ.

A cette occasion, comme chaque année lors de son séjour estival parmi nous, il sollicite votre générosité en faveur des activités de sa communauté en Roumanie. Non pas cette fois sous la forme d’une collecte spéciale, mais par une invitation à opérer un versement, si modeste soit-il, sur le compte courant du P. Luc Duquenne en mentionnant « mission s.j. ». Merci déjà de votre générosité.  

Coordonnées : Compte « Luc Duquenne », 24, bd St-Michel, B – 1040 Bruxelles –  

Code IBAN: BE49 0001 03399471;  Code BIC: BPOTBEB1.

Quinzième dimanche du Temps ordinaire (Mc 6,7-13) ; pistes pour une catéchèse familiale (Luana)

L’évangile d’aujourd’hui nous montre les Douze associés à la prédication et à la mission du Christ. Ils sont appelés et envoyéspar lui. En effet, sans cette double intervention du Christ, notre bonne volonté à elle seule, ne suffirait pas à nous faire devenir disciples ou apôtres. 

Les conditions de leur envoi, sont d’une extrême pauvreté. Jésus leur demande de n’emporter ni bourse, ni pain, ni sac, donc aucune sécurité matérielle. C’est dans le Christ seul que résidera leur assurance. Un abandon difficile, mais riche de conséquences, car par la grâce, des signes vont s’opérer à travers eux : des démons sont chassées et des malades sont guéris. A la différence de Jésus qui enseigne (v 7), les disciples proclament afin que les gens se convertissent (v 13) et « la Parole fait advenir la réalité du Royaume qu’elle annonce » (Ph. Bacq). La Parole fait ce qu’elle dit, elle est opérante. 

Les Douze sont envoyés par deux, en équipe. Ainsi aucun d’entre eux ne se fait centre. C’est Jésus lui-même qui agit à travers leur prédication. « Là où deux … sont réunis en mon nom, je serai au milieu d’eux » (Mt 18,20).

La prédication de chacun apportera un éclairage différent de la Parole, mais celle-ci reste centrée sur le Christ.

Les témoins demeurent dans la maison où ils sont reçus.Dans les endroits où ils ne sont pas écoutés ou accueillis, ils vont secouer la poussière de leurs sandales. C’est « une manière symbolique de signifier une rupture et de ne rien garder sur soi de cette rupture. L’envoyé ne s’impose pas…  » précise Ph. Bacq dans son exégèse sur St. Marc. Le père jésuite met aussi en évidence l’importance des maisons-relais qui se forment là où les apôtres sont accueillis. « Ce sont des petits lieux significatifs d’une présence d’Evangile, comme l’étaient les maisons où se réunissaient les premières communautés. La mission des apôtres se vit dans « la réciprocité ; elle s’opère dans un donner et un recevoir, jamais l’un sans l’autre. »

C’est justement ce que l’artiste a représenté dans le bas-relief « St. Paul et l’Eglise » de la cathédrale de Liège.

Le détail pris en photo ci-dessus, présente la maison du couple de tisserands Aquilas et Priscille, catéchistes d’avant-garde qui enseignent la Voie à Apollos.

La partie supérieure de cet autre détail du bas-relief, montre la marchande de pourpre Lydie, fraîchement baptisée par Paul qui lui offre l’hospitalité à lui et à son compagnon Silas. En dessous, les frères de Taizé sont accueillis joyeusement par des chrétiens de Bruxelles à l’occasion de la rencontre internationale du 29 décembre/2 janvier 2009.

Comment ne pas penser aujourd’hui aux maisons des nombreux membres des Equipes Notre-Dame, aux maisons où les chrétiens se réunissent pour partager la Parole entre grands et petits qui existent dans notre communauté même ?!

C’est sans doute aussi ce qui se vivra à Marseille, le 1er Novembre à l’occasion du jubilé de St Ignace.

Que le Seigneur fasse advenir le Royaume dans nos maisons !

Le petit coin de la Communauté…

La communauté aussi est marquée par les vacances, temps de détente et de repos, de visite de camps scouts et louveteaux et nutons pour certains confrères, ou encore de retraite et de recueillement. Les aînés se reposent à st Michel même en profitant d’un plus grand calme dans la communauté et autour…

Certains préparent un déménagement.

Cela touche aussi à la disponibilité de célébrants… Nous arrêterons la célébration de 20h du dimanche à partir du 18 juillet.

Les personnes qui veulent soutenir l’église dans ses frais de fonctionnement peuvent le faire par le compte, ou par des domiciliations sur le Compte de l’église :

EGLISE SAINT-JEAN BERCHMANS

Boulevard Saint-Michel 24- 1040 BRUXELLES,

BE76  0016  7006  8295

BIC GEBABEBB

Les frais habituels : électricité, chauffage, hosties, vin, fleurs, assurances, abonnements internet pour le site web, matériel de diffusion, … Quant aux bénévolats ? ils sont impayables ! Merci pour tous ces services rendus tout au long de l’année.

Horaires d’été jusqu’au 29 août :

Week-end:

Samedi:  18h

Dimanche:  8h30 – 10h – 11h30 – 18h30 – 20h

En semaine :

7h30 – 11h30 – 18h30

Sacrement de la réconciliation : de 18h à 18h30

Notez aussi la fête de st Ignace le 31 juillet

… 17h :  Evocation et témoignages.

18h :  Eucharistie festive, suivie d’un temps de retrouvailles

Homélie pour les funérailles du P. Jean Radermakers 16.06.2021

Homélie pour la messe de funérailles du P. Jean Radermakers, sj, qui fut un grand bibliste.

Première lecture : tiré du Livre de la Sagesse, un passage dont Jean disait : « Sans doute ces lignes résument-elles au mieux ma vie au service de la Parole de Dieu ».

« C’est elle (la Sagesse) que j’ai chérie et recherchée dès ma jeunesse. Je me suis efforcé de l’avoir pour épouse et suis devenu l’amant de sa beauté. Son intimité avec Dieu fait éclater sa noble origine, car le Maître de l’univers l’a aimée… Je décidai donc d’en faire la compagne de ma vie, sachant qu’elle serait ma conseillère aux jours heureux, ma consolation dans mes succès et dans mes peines… » (Sg 8, 2-3.9)

Évangile : le Prologue de l’évangile selon saint Jean : Jn 1,1-18.

————————————————————————————————————————-

Homélie – « Ta Parole, ma demeure ». Tel est le titre du riche livre d’entretiens de Jean avec Fernand Colleye. Titre très johannique, par ses deux termes-clé : Parole et demeure. Cette inhabitation de la Parole, Jean l’avait mise, en tête de cet ouvrage, à l’enseigne du livre de la Sagesse. Les versets qu’il en cite en liminaire nous ont été proclamés en première lecture.

La célébration de la Sagesse qu’offre ce passage – nous rappelle Jean – est attribuée à Salomon vieillissant, conscient de la lumière mais aussi des ombres qui ont marqué sa vie. Puis Jean ajoute : « En relisant ces lignes, je les fais miennes, tandis que l’homme que je suis, doucement, s’en va vers sa demeure d’éternité, comme l’écrit Qohélet en avançant dans la vieillesse (cf. Qo 12, 5) ». Jean ajoute : « Sans doute ces lignes résument-elles au mieux ma vie au service de la Parole de Dieu. Parole de lumière. Parole de feu. Parole faite chair en Jésus de Nazareth. Parole faite livre dans la Bible et l’Évangile. Parole faite nourriture dans l’Eucharistie. Parole faite compagne dans l’intimité de la contemplation. Parole vivante dans le corps de l’humanité. »

   Oui, frères et sœurs, Jean n’a pas seulement fréquenté et commenté la Parole. Il en a vécu. La parole en personne. À travers les mots qu’elle tisse, la présence dont ils jaillissent comme d’une source. Oui, la voix du Verbe de Dieu, qui a pris notre humanité. La Parole qui, plus que toute autre, s’incorpore et prend visage. Jusqu’à nous façonner pour que notre mémoire, notre intelligence et notre vouloir – toutes facultés bien vivaces chez Jean – s’en imprègnent pour répondre à l’amour que cette Parole en personne nous atteste, et auquel elle nous convoque en retour. Pour que notre cœur s’y attache et mette en œuvre ce qu’elle dit. Que notre visage, notre regard même en deviennent expressifs, comme on le voyait si bien chez Jean lorsqu’il s’animait pour la partager. Ce grand don de la Parole de Dieu, Jean l’a vraiment accueilli comme l’âme de sa propre parole. Il y a répondu. Il s’en est fait le témoin, le relai pour bien d’autres, en écho fidèle.

Jean a retenu cette célébration chaleureuse de la Sagesse personnifiée pour résumer son service de la Parole. Pourquoi ? Parce qu’il vivait l’Alliance avec Dieu à cette profondeur nuptiale que disent ces versets, comme au cœur des épousailles de Dieu avec son peuple. Jean avait reçu et entretenu une intelligence vive et fine. Mais l’intelligence ne s’exerce avec justesse, avec fruit, qu’accordée à la Sagesse divine, qui est de l’ordre de l’amour et de la vérité dans la grâce. L’amour seul porte notre désir de connaissance à la rencontre de Celui qui le premier nous connaît et nous aime. Cette rencontre nous advient au mieux par le Fils de Dieu, précisément venu parmi nous et offert pour nous révéler le Père, et nous conduire gracieusement à sa lumière au-delà de nos ténèbres.

Le prologue du quatrième évangile est inépuisable comme le mystère de Dieu. Contentons-nous d’en revisiter le début et la fin. En ses tout premiers mots, il nous parle, non d’emblée de Dieu, mais de la Parole : « En commencement était la Parole ». Ou le Verbe, le logos. Parole certes dite immédiatement « auprès de Dieu », et « qui était Dieu ». Mais justement : Dieu envisagé d’abord en tant que, par sa parole de vie et de lumière, il communique, il entre en relation. Pour révéler son unicité précisément comme un foyer d’échange, une communion de personnes : les Personnes divines en relation d’amour partagé.

Le dernier verset du Prologue, lui, dit comment, à notre tour, nous sommes, par le Fils, en relation avec Dieu. « Dieu, personne ne l’a jamais vu. Un unique-engendré, Dieu, celui qui est vers le sein du Père, celui-là l’a fait connaître ». Et ce dernier mot du Prologue, ce dernier verbe, dit ce à quoi, ou plutôt Celui à qui, comme révélateur du Père, s’adossa la vocation de Jean Radermakers. C’est en effet le verbe exègèsato, littéralement : « il s’en fit l’exégète ». « Il s’en fit l’interprète », dit une bonne traductrice. Jean fut un excellent exégète qui, dans le respect de la lettre, aidait à l’interpréter, à en dégager la richesse des sens spirituels. Mais comme ami du Verbe fait chair, comme Compagnon de Jésus : le Fils seul nous interprète pleinement le Père pour guider nos interprétations. C’est à l’écoute du Christ d’abord que Jean se laissa guider dans son labeur et sa contemplation. Car ce Dieu que personne n’a jamais vu, le Fils en reflète parmi nous la Gloire : « Philippe, qui m’a vu a vu le Père ». La foi du témoin évangélique confesse cette vision : « Nous avons vu sa gloire, gloire comme d’un unique-engendré de chez un père ». Jean Radermakers a rejoint ce « nous » qui confesse avoir entrevu la gloire de Dieu.

Ce même verbe exegèsato, point d’orgue du Prologue,inclut aussi une connotation de guidance, au point qu’un bon spécialiste le rendait par « il a conduit à le connaître ». Si Jésus nous révèle le Père, c’est inséparablement pour nous conduire à Lui, nous entraîner vers Lui. C’est tout le mouvement de l’évangile : venu de Dieu vers nous, Jésus part vers le Père pour nous y mener dans son sillage. Et Jean, dans son enseignement, sa prédication, ses pèlerinages, ses accompagnements, n’avait de cesse d’éveiller ses auditeurs non seulement à la connaissance de Dieu que prodiguent les Écritures, mais aussi à l’amour de Dieu qui nous attire à Lui en son Fils : « Et moi, quand j’aurai été élevé de terre, j’attirerai à moi tous les hommes ». En servant la Parole, Jean s’est rendu disponible comme serviteur de cette attirance vers le Dieu qui donne vie en son Fils.

Le Prologue de l’évangile de Jean est lu à Noël, pour la messe du jour et celle de l’Octave. Il célèbre la naissance en ce monde du Verbe qui s’est fait chair, selon l’éternel dessein d’amour de Dieu. En route vers le Père, Jean Radermakers poursuit sa renaissance d’en haut. C’est le projet de Dieu pour lui. Pour nous. Pour toute chair.

Tourné  vers le sein du Père

Qui L’engendre de toujours,

Lumière de la lumière

Avant l’aube de nos jours,

Déjà le Verbe à la chair

Acquiesce et veut son retour 

À sa vérité première,

Aux demeures de l’amour.

 « Ta Parole, ma demeure ». Oui :  qu’en notre Dieu qui est Amour, cet amour qui a porté notre frère Jean dans l’Esprit filial, cet amour qui nous a donné Jean, soit son éternelle demeure.  – Amen.

Philippe Wargnies sj, le 16 juin 2021

Le Bonjour pour ce week end 19.20 juin 2021

Ce WE : vu les incertitudes météorologiques, nous n’osons pas planifier les célébrations dehors. S’il pleut, nous célébrerons à 100 personnes dans l’église et à 40 personnes dans la chapelle ND des Apôtres. Merci de vous inscrire par Kelmesse.org.

Veillée de prière pour le Congrès Mission

Voilà 18 mois presque que les églises ont été bien freinées, voire fermées, par le Covid et le souffle des participations aux eucharisties a pu retomber, même si à st Jean Berchmans nous avons voulu multiplier au maximum les célébrations pour des groupes beaucoup plus restreints qu’à l’accoutumée et en diffusant largement par Facebook et YouTube.

Depuis le we dernier, les portes se sont ouvertes plus larges au point de pouvoir célébrer dans la Cour d’honneur. Près de 700 personnes ont participé aux célébrations.

Après la messe chantée dimanche soir par la chorale de la Fédération Wallonie-Bruxelles le weekend dernier, un nouveau bel événement a élargi les portes pour la soirée de prière du Congrès Mission. Temps de louange et de témoignage, temps d’adoration et de réconciliation, les organisateurs du Congrès Mission nous invitaient à ce temps de prière pour demander à l’Esprit Saint de souffler sur la Belgique, de susciter des bénévoles et de donner envie à chacun de se mettre en marche pour annoncer l’Evangile.

Le Congrès Mission, c’est quoi ? Un grand rassemblement pour les catholiques de tous horizons qui a pour objectif de susciter un grand élan missionnaire.

Quelle chance, ce sera près de chez nous : à la Basilique de Koekelberg du 1er au 3 octobre prochain. Notez-le dans vos agendas !

« Soyez curieux et venez voir ce qu’il se fait aux 4 coins de la Belgique (et oui, le Congrès Mission est bilingue !), vous laisser inspirer et guider par l’Esprit. Ensuite, dites-nous ce que vous aurez aimé et que vous voudriez proposer ou voir proposer à notre communauté. Le Congrès Mission, c’est un temps pour recharger ses batteries. Comme nous le disait hier soir l’abbé Bruno Druenne, une personne qui recharge sa batterie, ça fera un peu avancer le monde mais si toute une paroisse ou communauté recharge ses batteries, nous mettrons le feu au monde ! Venez nombreux ! »

Marie Rottier, pour l’équipe pastorale. Infos : (www.congresmission.com)

Peut être une image de intérieur

WE de la musique à st Jean Berchmans.

Un partage musical à l’église St-Jean Berchmans le 20 juin à 17h15. Invitation à tous ! (100 personnes).

Vous pourrez entendre à cette occasion quelques morceaux pour orgue, violon et chant… et en particulier la cantate 82 et un extrait du Magnificat de Bach.

La cantate 82 de Jean-Sébastien Bach : « Ich habe genung » est une cantate domestique que nous avons eu le plaisir de travailler pendant ce second confinement. Invitant à contempler la figure de Syméon, cette belle partition dit la lassitude dans l’épreuve, mais aussi l’espérance et la joie de la rencontre avec le Seigneur. Au long de 3 mouvements qui prennent successivement les accents d’une marche, d’une berceuse ou d’une danse, JS Bach nous offre une méditation sur la beauté de la vie en Dieu. Que cela aide à raviver en chacun de nous le désir de vivre et de mourir en portant le Christ sur notre coeur.

Avec : Bernard Pottier sj (violon), Laurent Salmon-Legagneur (chant) et Michel Van den Bossche (orgues). Bienvenue !

Le Père Jean Radermakers sj s’en est allé : « Il donnait faim et soif des Ecritures »

Publié le 14 juin 2021 par Vincent Delcorps– Rédacteur en chef de Cathobel.

Agé de 96 ans, le bibliste s’en est allé ce samedi 12 juin après-midi, jour de la fête du Coeur immaculé de Marie. La vie de ce jésuite a été vouée à l’étude des Textes sacrés et à l’enseignement. Il sera enterré ce jeudi. 

Jean Radermakers est né à Verviers le 17 juillet 1924. Entré au noviciat de la Compagnie de Jésus en 1942, il a été ordonné prêtre en 1955. Son amour de la Bible et sa passion pour l’enseignement l’emmenèrent successivement à Eegenhoven (Louvain) puis à l’Institut d’études théologiques de Bruxelles, dont il fut l’une des grandes figures.

Jean Radermakers s’est donc éteint ce samedi après-midi dans sa communauté de La Colombière, résidence pour pères âgés de la Compagnie de Jésus. Il est mort de vieillesse, ainsi que des suites d’un cancer qui, depuis peu, l’affaiblissait. Il demeura lucide et serein jusqu’au bout.

Le jésuite Philippe Wargnies fut successivement son étudiant, son compagnon de Communauté, et son collaborateur à l’IET. Il tient à lui rendre cet hommage.

« Tu peux laisser ton serviteur s’en aller en paix, selon ta parole… » (Lc 2,29). Le père Jean Radermakers, bibliste jésuite, vient de s’éteindre à l’âge de 96 ans. Homme de foi, de cœur et d’intelligence pénétrante, il mit inlassablement son goût et sa connaissance des Écritures au service de la Parole de Dieu, la commentant par écrit et oralement, notamment à l’Institut d’Études Théologiques, dont il fut un pilier dès le début, et à l’Institut de catéchèse Lumen Vitae. Ses commentaires des évangiles, des Actes des Apôtres ou du Livre de Job, respectueux du texte original pour en dégager la richesse des sens spirituels, restent très stimulants. De même, ses contributions à des dictionnaires bibliques, à la Revue liturgique « Feu Nouveau », à la « Nouvelle Revue Théologique », etc.

Excellent pédagogue, Jean communiquait son savoir avec feu. Il donnait faim et soif des Écritures, heureux de voir d’autres se mettre à son écoute et se l’approprier personnellement pour mieux vivre du mystère du Christ, cœur de la Révélation. Quelqu’un me disait : « avec le P. Jean, on ne savait parfois pas trop si l’on avait affaire à un cours, ou une contemplation, ou une prière ». Tout donné aux autres, Jean mena d’innombrables pèlerinages en Terre Sainte, soutint bien des artistes, mettant leur talent au service de la Parole par la danse, le chant, la peinture, la céramique… En bon compagnon de Jésus, il fut aussi, dans la discrétion, un accompagnateur spirituel fidèle, avisé, délicat.

Oui, rendons grâce pour son engagement fécond comme « Serviteur de la Parole » (Ac 1,2). 

L’homélie prononcée par le Ph Wargnies sera mise sur le site de l’église www.eglisecsm.org.

Le Bonjour du 15 juin 2021

Célébrations du WE du 19 et 20 juin

Depuis le 9 juin, l’accès aux célébrations est largement ouvert

Nous avons été tellement heureux le we dernier à pouvoir accueillir largement, et beaucoup sont revenus. Le We dernier, vous avez été près de 700 personnes, adultes et enfants à célébrer dans l’église ou la Cour d’honneur.

Merci !

Ces derniers mois ont été si difficiles. Pour tous. Pour vous. Pour nous. Les célébrations ont manqué à beaucoup, même si nous avons essayé d’en offrir un maximum et le visionnement par Facebook et YouTube. Pourtant, le sentiment de solitude de peur, voire d’abandon a été grand. Nous l’avons bien entendu de votre part, aussi par les mails et téléphones.

Merci à mes confrères qui se sont montrés extra-disponibles. Merci aux « anges gardiens » de l’accueil, des sacristies, des fleurs et de la musique. Nous essaierons de les remercier à l’occasion de la st Ignace, le 31 juillet. L’horaire sera précisé… nous pensons déjà à 17h… et on vous dira évidemment plus précisément.

En semaine, finies les réservations par Kelmesse (100 personnes). Le WE, réservation par le site Kelmesse. Nous voulons ouvrir le plus largement possible.

Nous jouons sur le plein air (200 personnes) et l’église (100) en fonction de la météo.

Mieux vaut continuer réserver pour les WE quand nous ne sommes par dehors.

WE de la musique à st Jean Berchmans.

Un partage musical à l’église St-Jean Berchmans le 20 juin à 17h15. Invitation à tous ! (100 personnes).

Apres la messe chantée par le Chœur de la Fédération Wallonie Bruxelles, en guise de réouverture, le dimanche 13 juin, nous vous proposons avec la reprise progressive des propositions culturelles et musicales, un petit moment musical de 45 minutes, commençant à 17h15 à l’église ce dimanche.

Vous pourrez entendre à cette occasion quelques morceaux pour orgue, violon et chant… et en particulier la cantate 82 et un extrait du Magnificat de Bach.

La cantate 82 de Jean-Sébastien Bach : « Ich habe genung » est une cantate domestique que nous avons eu le plaisir de travailler pendant ce second confinement. Invitant à contempler la figure de Syméon, cette belle partition dit la lassitude dans l’épreuve, mais aussi l’espérance et la joie de la rencontre avec le Seigneur. Au long de 3 mouvements qui prennent successivement les accents d’une marche, d’une berceuse ou d’une danse, JS Bach nous offre une méditation sur la beauté de la vie en Dieu. Que cela aide à raviver en chacun de nous le désir de vivre et de mourir en portant le Christ sur notre coeur.

Avec : Bernard Pottier sj (violon), Laurent Salmon-Legagneur (chant) et Michel Van den Bossche (orgues)

Année ignatienne.

Un très beau message reçu par les jésuites du pape François

« Chers amis, Je suis heureux de m’unir à vous dans cette prière pour l’Année ignatienne, dans la célébration de la conversion de Saint Ignace. J’espère que tous ceux qui s’inspirent d’Ignace et de la spiritualité ignatienne pourront vivre réellement cette année comme une expérience de conversion. A Pampelune, il y a 500 ans, tous les rêves mondains d’Ignace volèrent en éclat en un instant. Le boulet de canon [ndlr française] qui le blessa changea le cours de sa vie, et le cours du monde. Les choses petites en apparence peuvent être importantes. Ce boulet de canon signifie aussi qu’Ignace rata les rêves qu’il avait pour sa vie.

Mais Dieu avait un rêve plus grand pour lui. Le rêve de Dieu pour Ignace n’était pas centré sur Ignace. Il s’agissait d’aider les âmes. C’était un rêve de rédemption, un rêve de sortie dans le monde entier, accompagné par Jésus, humble et pauvre. La conversion est une question quotidienne. Elle se fait rarement une fois pour toutes. La conversion d’Ignace a commencé à Pampelune, mais elle ne s’est pas finie là. Il s’est converti toute sa vie durant, jour après jour. Et cela signifie que toute sa vie, il a mis le Christ au centre. Et il l’a fait à travers le discernement. Le discernement ne consiste pas à réussir toujours dès le début, mais plutôt à naviguer et à avoir une boussole pour pouvoir poursuivre le chemin qui a de nombreux virages et tournants, en se laissant toujours guider par l’Esprit Saint, qui nous conduit à la rencontre avec le Seigneur. Dans ce pèlerinage sur la terre, nous rencontrons les autres, comme le fit Ignace dans sa vie. Ces autres sont des signaux qui nous aident à garder le cap et qui nous invitent à nous convertir toujours à nouveau. Ce sont des frères, ce sont des situations, et Dieu nous parle aussi à travers eux. Ecoutons les autres. Lisons les situations. Nous sommes des panneaux de signalisation pour les autres, nous aussi, en montrant le chemin de Dieu. La conversion se fait toujours en dialogue, en dialogue avec Dieu, en dialogue avec les autres, en dialogue avec le monde. Je prie afin que tous ceux qui s’inspirent de la spiritualité ignatienne puissent faire ce voyage ensemble en tant que famille ignatienne. Et je prie afin que beaucoup d’autres découvrent la richesse de cette spiritualité que Dieu a donnée à Ignace. Je vous bénis de tous cœur, afin que cette année soit réellement une inspiration pour aller de par le monde, aider les âmes, en voyant toutes les choses nouvelles en Christ. Et aussi une inspiration pour nous laisser aider. Personne ne se sauve seul : soit nous nous sauvons en communauté, soit nous ne nous sauvons pas. Personne ne montre le chemin à l’autre. Seul Jésus nous a montré le chemin. Nous nous aidons mutuellement à trouver et à suivre ce chemin. »

(Message pour ouvrir l’année ignatienne le 23 mai 2021)

Douzième dimanche du temps ordinaire (Mc 4,35-41) ; pistes pour une catéchèse familiale

Source : https://images.app.goo.gl/TJDvYtA7pnFFRwTG6 

Cette belle et intéressante icône de la Tempête apaisée montre simultanément, sur la même image, trois étapes de la narration. À gauche, on voit Jésus dormir tranquillement. Tourné vers lui, Pierre essaie de le réveiller. Jésus est en même temps au milieu de la barque, debout, en train de gronder le vent et la mer, comme si c’étaient des entités intelligentes. Le peintre a d’ailleurs peint une silhouette transparente ailée. C’est probablement la personnification du vent. Et enfin, dans le coin de droite en bas, dans la barque, les disciples saisis d’une grande crainte semblent s’interroger sur le mystère qu’ils sont en train de vivre et sur l’identité profonde du Christ. 

Après la lecture de cet évangile, demandons aux enfants ce qui les étonne ! Est-il normal que Jésus dorme pendant ce danger réel ? Est-il normal que les disciples aient peur alors qu’ils soient avec Jésus ? Que se passe-t-il lorsque Jésus rabroue les forces de la nature ? Un grand calme survient. Les forces de la nature déchaînées et rabrouées rappellent les esprits impurs que Jésus avait chassés. Jésus est plus fort que la mort et le Mal.

Pourquoi Jésus fait-il des reproches aux disciples ? Que veut dire Vous n’avez pas encore de foi ? Quelle est la réaction des disciples ?

Que veut dire l’expression être dans la tempête ? Connaissent-ils des situations où l’on peut employer cette expression de manière figurée ? La pandémie pourrait-elle être considérée comme une tempête ?

Peut-on couler alors qu’on est dans la tempête ? Si oui, alors de quelle foi ou de quelle confiance parle Jésus ? 

Il n’est pas facile à comprendre, ni à croire, cependant c’est la foi que nous professons : avec le Christ nous traversons toutes les tempêtes de nos vies, y compris la mort. Alors pourquoi avoir peur ? (V 40) D’un bout à l’autre, l’évangile nous invite à la confiance. Car le Christ nous l’a promis : Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. (Mt 28,

Dans cette gravure sur plâtre dessinée et peinte au rouleau, Elliot Parot (10ans) exprime l’épisode de la Tempête apaisée de manière curieuse. Sur fond de dégradé gris-bleu, on ne voit que trois mystérieux personnages de lumière. On dirait la Transfiguration ou peut-être une image de la Ste Trinité qui domine le Mal ?! Serait-ce le Christ qui fait traverser aux larrons que nous sommes, la tempête de la mort, pour nous conduire à la lumière pascale ?! 

RAPPEL

JEUDI 17 JUIN Veillée de Prière préparatoire au Congrès Mission à l’église (20h, 100 personnes)

Ce we à st Jean Berchmans – st Michel

Le Bonjour

Aux amis de l’église st Jean Berchmans ° st Michel

tout est prêt pour vous accueillir !

Célébrations du WE du 12 et 13 juin

Bienvenue dans votre église… Ou en plein air ! On peut aller à 200 personnes dans la Cour d’honneur !!

Horaires au 9 juin 2021.

  • Messes en semaine : 7h, 7h45, 11h30, 18h30 (Chapelle pour les deux messes matinales et dans la Cour d’honneur à 11h30 et 18h30 quand le soleil le permet !)
  • Messes du We :
    • Samedi : 17h30 et 18h30 (dans la Cour d’Honneur… on peut aller jusqu’à 200 personnes, places assises préparées)
    • Dimanche: 8h30, 10h, 11h30, 18h30, 20h

Ce samedi 12 juin, Matinée Oasis à la Chapelle ND des Apôtres, animée par le P. J-Y Grenet (vous pouvez vous inscrire sur Kelmesse ce soir encore).

Ce dimanche soir, 13 juin, 18h30, la messe sera chantée, à l’église,  par le Chœur de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Au programme, des extraits « La Petite Messe Solennelle » de Rossini, sous la houlette d’Anthony Vigneron (réserver via Kelmesse).

Jeudi 17 juin à 20h, Veillée de prière à l’église pour préparer le congrès Mission (100 personnes max)

En semaine, finies les réservations par Kelmesse.

Le WE, réservation par le site Kelmesse. Nous voulons ouvrir le plus largement possible. Sans réservations, il y aurait trop de demandes d’accès et nous serions amenés à arrêter les derniers. Donc mieux vaut réserver.

Ce qui change :

  • Célébration à l’intérieur de l’église avec maximum de 100 personnes, sans compter les enfants
  • Bulles de 4 personnes (sauf familles), distance de 1,5 m entre les bulles.

Ce qui reste inchangé : les masques buccaux, la désinfection des mains etc.

Possibilité d’organiser la célébration en plein air, où le nombre maximum de participants est porté à 200.

Un doublement de ces nombres maximums est annoncé pour le 1er juillet. A confirmer. Restons prudents et respectons les règles, par souci de la sécurité des membres de nos communautés.

Les nouveaux protocoles sont disponibles sur le site Cathobel.

Pour l’intérieur : Protocole cultes – Plan INTÉRIEUR  – Le site de l’Eglise Catholique en Belgique (cathobel.be)

Pour l’extérieur : Protocol cultes – PLAN EXTÉRIEUR – Le site de l’Eglise Catholique en Belgique (cathobel.be)

Je tiens encore une fois à remercier tous les « anges gardiens » qui ont contribué à l’organisation des célébrations pendant le temps de la pandémie. Vous êtes plus nombreux que les doigts des deux mains ! Merci encore pour les tentes et les aménagements de la Cour d’honneur.

Tommy Scholtes sj

le Bonjour du 5 mai 2021

                       Le Bonjour des Amis

Eglise St Jean Berchmans ° st- Michel              04.05.2021                                      

Le mois de mai à l’église et au Forum st Michel

Sa 8       9h-12h       Séminaire Eucharistie (P. Piret – i. prost)

               9h10          Matinée Oasis – Chap. N-D des Apôtres (T. Scholtes)

Lun 10   10h15       Cours St Paul (Ph. Wargnies)

                18h30       Cours La haine dans la Bible (Cl. Lichtert)

Mer 12 18h30        Cours 12 PORTRAITS du Christ : Nietzsche (B. Pottier)

Sa   15   9h-12h      Séminaire Eucharistie (P. Piret – I. Prost)

Lun 17   10h15       Cours St Paul (Ph. Wargnies)

Sa   22   9h-12h      Séminaire Eucharistie (P. Piret – I. prost)

               9h10          Matinée Oasis – Chap. N-D des Apôtres (Ph. Wargnies)

Sixième dimanche de Pâques – Christ est ressuscité !  -Il est vraiment ressuscité !

Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés ! Jn 15,9-17 ; pistes pour une catéchèse familiale, proposée par Luana

Voici le testament spirituel de Jésus, donné la veille de sa mort. Recevons-le à la lumière de la Résurrection, après avoir reçu le souffle de l’Esprit selon l’évangile de Jean (lu les dimanches précédents) ! Ce testament est destiné aux disciples, donc à nous aussi. Il est une alliance d’amour que le Christ nous invite à vivre.

Lire l’évangile.

Que nous dit Jésus ? Jésus nous aime de l’amour qui vient de Dieu. Nous sommes plongés dans cet amour immense. (Les deux figurines dans le grand coeur).

Nous sommes invités à accueillir cet amour (les mains tendues vers le Christ). Pour y demeurer il s’agit d’être fidèles aux commandements (image des tables-coeur). Demeurer dans l’amour de Dieu fait de nous ses amis. Ceci nous comble de joie (visage souriant) et nous transforme, il nous retourne comme une crêpe (flèche en spirale). Cet amour est à manifester par notre vie et notre témoignage à ceux qui nous entourent (groupe de personnes). C’est ainsi que nous pouvons porter du fruit.

La comparaison soulignée par la répétition du mot comme intensifie la signification de ce passage. Si nous remplaçons le pronom du pluriel avec le singulier, cela devient plus percutant encore. Jésus m’aime comme le Père l’aime, lui. Je suis invité à demeurer dans son amour comme lui-même demeure dans l’amour du Père. Jésus me demande d’aimer les autres personnes comme moi-même je suis aimé par Jésus. Impossible, évidemment. Cependant si je le demande, Dieu me l’accordera. (Verset 16b). Pendant cette période de pandémie, plein d’hommes et de femmes le vivent tous les jours.

Ce qui est à préciser concernant cet évangile, c’est que je ne fais pas cela de moi-même, j’ai été choisi (verset 16) par le baptême et c’est une mission qu’il me donne. Dieu ne m’envoie pas en mission sans me donner la grâce.

Demandons-lui donc ces grâces ! Seigneur, aide-moi à demeurer dans ton amour et à aimer mon prochain comme toi tu m’aimes ! Amen ! Alléluia !

Source : https://images.app.goo.gl/s4U3x2kvtPxJDpYp9

Respirons la beauté que cet immense bouquet dégage ! C’est le vitrail de l’Arbre de Vie de Chagall de la chapelle des Cordeliers à Sarrebourg. Adam et Eve en relation, l’humanité entière donc, dans l’Arbre de Vie qui est pour nous, arbre de salut. De confession juive, Chagall imagine cet arbre de la Création comme un vrai jardin ou le rouge de l’amour attire l’attention. Sensible aux symboles de la foi et de la culture chrétienne, l’artiste a placé dans la partie supérieure à gauche, de manière bien distincte, la croix. Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés ! Créer en donnant sa vie par amour, c’est cela que cette œuvre m’inspire. 

Célébrer à 50 dehors à partir du 8 mai ?

Cela sera officiellement possible ! le protocole à observer est à la traduction. Ce sera un document officiel entre le Ministre de la Justice et les Cultes reconnus en Belgique. Sur la faisabilité concrète, nous déciderons vendredi. Quelques tonnelles sont promises. Deux tonnelles sont offertes. Différents pourparlers sont en cours.

Vendredi soir, au plus tard, vous pourrez vous inscrire sur le site Kelmesse, en fonction de la météo prévue pour le WE. Et nous ferons au mieux ! Un Bonjour édition spéciale sera envoyé.

Notez aussi samedi 8 mai une matinée Oasis animée par le P. Tommy Scholtes (9h15-11h30 à la Chapelle ND des Apôtres.

Tous les soirs, à 18h, le chapelet est récité à l’autel de la Vierge dans l’église (max. 15 pers.)

Une messe des familles sera célébrée le dimanche de la Pentecôte pour parents et enfants. Suivez le Bonjour pour connaitre le lieu et l’horaire.

Ce WE nous souhaitons déjà une très belle fête à toutes les Mamans. Gâtez les !

16 mai Dimanche des Médias : www.dimanchedesmedias.be

Emmanuel Tourpe et Clotilde Nyssens interviendront le 10 mai à l'occasion du Dimanche des Médias sur "La révolution numérique"

La révolution numérique

Elle est puissante et rien ne pourra l’arrêter. Qui? La révolution digitale! Mais en quoi
consiste-t-elle exactement? Comment nous invite-t-elle à modifier notre rapport au temps, aux mots, à la communication? Prenons une soirée pour y réfléchir.

Emmanuel Tourpe, philosophe et professionnel des médias, et Clotilde Nyssens, présidentede RCF Bruxelles

Rendez-vous le 10 mai à 20h

Christophe Herinckx et Angélique Tasiaux interviendront le 11 mai à l'occasion du Dimanche des Médias sur "Les médias et l’annonce de la Foi ".

Les médias et l’annonce de la Foi

Les médias chrétiens doivent-ils annoncer l’Evangile? Et si oui, de quelle manière? Cette an- nonce peut prendre la forme d’une information, mais également d’une formation à la foi, pour celles et ceux qui sont en quête de sens et de spiritualité.

Christophe Herinckx, théologien et journaliste, et Angélique Tasiaux, journaliste CathoBel et rédactrice en chef de Pastoralia

Rendez-vous le 11 mai à 20h

Thomas Sabbadini, Tommy Scholtes et Anne Périer interviendront le 12 mai à l'occasion du Dimanche des Médias sur " Les chrétiens
et les réseaux sociaux".

le Bonjour du 28 avril 2021


Le Bonjour des Amis de l’

Eglise St Jean Berchmans ° st- Michel           28.04.2021

Cinquième dimanche de Pâques

Catéchèse en famille (Luana)

– Christ est ressuscité!

    – Il est vraiment ressuscité!

La Vigne (Jn 15, 1-8) et le Buisson ardent; pistes pour une catéchèse familiale

Quel rapport entre ces deux arbustes? Aucun si ce n’est que chacun est une variante de l’arbre de la croix à travers lequel Dieu a exprimé son amour pour nous.

Aux parents qui désirent une méditation artistique de cet évangile, je conseille volontiers la célèbre mosaïque de l’église St. Clément de Rome.

Aux enfants, je propose de décalquer le contour de cette icône ci-dessous et de coller dans les médaillons des photos des membres de leur famille ou des proches. Ce sera pour eux une manière de personnaliser la Parole et d’exprimer leur désir de rester greffés sur le Christ. Ce n’est qu’ainsi que nos vies pourront être joyeuses et fécondes.

Mais puisque nous sommes entrés dans le beau mois de Marie et que nous sommes en route vers le feu de la Pentecôte, voici une variante de l’icône du Buisson ardent et la méditation qui l’accompagne. Les parents pourront inviter les enfants à découvrir, à décrire et à reconnaître différents éléments de l’icône à travers le dialogue. L’icône est accrochée à notre arbre dans l’église.

Le Buisson ardent, image de la Présence aimante de Dieu en nous et spécialement en la Vierge Marie

Dans la tradition néotestamentaire, cette image a été interprétée comme une prophétie sur la Mère de Dieu qui accueille dans son propre sein la nature ardente du Fils de Dieu, sans en être « brûlée » et qui met au monde Jésus Christ, le Dieu fait Homme. Le Buisson ardent devient, Image de Marie, Mère et pourtant toujours Vierge, comblée par l’Esprit Saint lors de l’Incarnation et lors de la Pentecôte: Mère de Dieu et Mère de l’Eglise. 

Cette théologie est développée par de nombreuses hymnes sacrées dans lesquelles la Theotokos est célébrée pour sa pureté céleste et dénommée « Buisson ardent ».

Ex 3,2-3 décrit l’apparition à Moïse d’un buisson enveloppé de flammes sans toutefois se consumer.

Le tronc du Buisson en forme de croix est enraciné sur la montagne de l’Horeb ou du Calvaire et sa couronne d’épines remplit l’or du ciel.

Deux bras s’élancent vers le Ciel comme la supplique des Hébreux et de ceux qui souffrent dans tous les temps. Du milieu des épines ou du barbelé, Dieu nous répond : J’ai vu la misère de mon peuple… et je l’ai entendu crier… Oui, je connais ses souffrances. Je suis descendu pour le délivrer… et le faire monter… vers un pays … ruisselant de lait et de miel. (Ex 3, 7-8)

Deux bras s’élancent vers le Ciel comme la prière de Jésus en agonie au Mont des Oliviers.

Deux bras s’élancent vers le Ciel comme un ostensoire pour accueillir Celui que les cieux sont trop petits pour contenir, le Dieu avec nous, le Dieu Incarné en Marie et donc en chacun.

Au milieu du feu de l’Amour de Dieu, Marie, Mère de Tendresse.

En bas sur la montagne sont restées les sandales que Moïse a enlevées parce qu’il pénètre en terre sainte.  Mais où est-il, d’ailleurs? Devant l’icône du Buisson, te voici, Moïse, ou Jean, en train de pénétrer dans la terre sainte de la contemplation.


NOTEZ DÉJÀ ET PARTICIPEZ : 12 MAI 2021

le Bonjour du 26 avril 2021

Le Bonjour des Amis

Eglise St Jean Berchmans ° st- Michel   26.04.2021                                      

Au Forum st Michel

– Samedi 24, à 9h.00 : a eu lieu la1ère matinée du séminaire « L’Eucharistie, quelle sorte de présence ? » (P. Piret, Is. Prost). Inscription sur le site forumsaintmichel.be. Voyez sur le site pour la suite.

– Le lundi, à 10h15 : suite du cours « Saint Paul, un Juif dévoyé » ? (Ph. Wargnies) – La Lettre aux Philippiens

– Ce lundi 26, à 18h30 : début du cours « La haine dans la Bible », par l’abbé Claude Lichtert

– Ce mercredi 28, à 18h30 : suite du cours « 12 portraits du Christ » (B. Pottier) : selon Kierkegaard.

Un théologien a-t-il quelque chose à dire sur le sujet des migrations ?

A l’occasion de son 20e anniversaire, le Jesuit Refugee Service (JRS) – Belgium organise plusieurs tables rondes virtuelles. Celle de la semaine dernière sur l’éthique de la frontière peut être revue en vidéo sur le site : https://jrsbelgium.org/Lignes-de-bienvenue?lang=fr.  La suivante concerne la théologie de la migration ; elle se tiendra online ce jeudi 29 avril de 19 h 00 à 20 h 30.

J’y animerai l’échange (ouvert au public) entre M. Jean-Louis Schlegel, philosophe, éditeur, sociologue des religions et traducteur, et M. Benoît Bourgine, professeur de théologie à l’Université catholique de Louvain.

Pour vous inscrire à cette table ronde virtuelle, veuillez rejoindre le site

https://zoom.us/webinar/register/8116194481952/WN_077U0i8oRCq5C_lcmNJiyw

Tout renseignement complémentaire peut être obtenu auprès de Pawel Bondaruk, collaborateur au JRS Belgium (pawel@jrsbelgium.org).

Xavier Dijon sj

Echanger en vérité : un chemin vers la synodalité !

Formation à la conversation spirituelle

et au discernement en commun

Formation à la conversation spirituelle

Formation d’inspiration ignatienne, ouverte à toute personne désireuse d’apprendre à écouter l’Esprit qui s’exprime au coeur d’un groupe (ouverte

aux laïcs, prêtres, religieuses et religieux, en groupe ou en individuel)

La formation se veut pratique, et comportera diverses dimensions :

• Affiner notre goût d’écouter l’Esprit qui , donné à tous, s’exprime à travers chaque personne du groupe, y compris le plus « petit » ;

• Apprendre à être vrai dans notre propre parole ;

• Discerner les mouvements qui nous habitent, et voir où ils nous mènent.

Dates: 4 samedis matins de 9h à 12h : 18 Septembre 2021 – 16 Octobre 2021  – 27 Novembre 2021  – 18 Décembre 2021. La participation aux 4 samedis est requise.

Coût : 50€

Formation au discernement en commun

Formation ouverte à toute personne désireuse d’apprendre à faire mûrir un

groupe dans ses discernements, dans la communion. Il est nécessaire d’avoir fait la formation à la conversation spirituelle.

Dates : 4 samedis de 9h à 16h30 : 19 Février – 19 Mars – 30 Avril – 14 Mai.

La participation aux 4 samedis est requise.

Coût : 140 €

Formations animées par une équipe ESDAC (Ex. Spirituels pour un Discernement Apostolique en Commun) http://www.esdac.net

Inscriptions : Françoise Uylenbroeck : fr_uylenbroeck@hotmail.com

00 32 494 45 65 21

Forum St Michel – Bd Saint-Michel, 24 – 1040 Bruxelles

A l’église

Nous vous souhaitons un beau temps pascal ! Nous vous proposons plusieurs célébrations dans le respect des normes sanitaires. (15 personnes, masquées, mains lavées, distance respectée). Pour permettre un maximum de participations, venez de temps à autre… en semaine un jour sur deux, et un week-end sur deux… Veillez à venir bien à temps et à vous désinscrire si vous avez un empêchement. Mais pas en dernière minute. Pour que vous le sachiez, cette semaine, chaque jour 4 ou 5 personnes ne venaient pas… Si vous n’êtes pas inscrits et que le quota de 15 est atteint, vous pourrez communier 15′ avant la messe

En semaine la messe de 18h30 et le dimanche la messe de 11h30 est diffusée sur Facebook (Tommy Scholtes) et YouTube sur le site de l’église (www.eglisecsm.org),

Cordialement vôtre, Tommy Scholtes sj 

le Bonjour du 17 avril 2021

Chora church museum : Resurrection fresco

Le Bonjour des Amis

Eglise St Jean Berchmans  ° st- Michel           17.04.2021                                      

La semaine prochaine, au Forum Saint-Michel et à l’église :

  • Lundi 19 avril, à 10h15 : reprise du cours « Saint Paul, un Juif dévoyé ? »  (P. Ph. Wargnies sj )
  • Samedi 24 avril à 9h, début d’un séminaire d’une grande actualité : EUCHARISTIE, QUELLE SORTE DE PRÉSENCE ? Avec Pierre Piret sj et Isabelle Prost.                4 samedis, 9h00-12 h00 : 24 avril, 8, 15 et 22 mai.

   La pandémie et les mesures sanitaires bouleversent et éprouvent nos comportements habituels, jusqu’à la pratique chrétienne de l’Eucharistie : célébrations interdites, restreintes, ou par vidéo… D’où des questionnements et des débats d’opinions, à recueillir et approfondir en les partageant. C’est le rôle pédagogique d’un séminaire, consacré dès lors à l’Eucharistie.

  Quatre séances, quatre thèmes distincts et complémentaires :

– 24 avril : les récits de l’institution de l’Eucharistie par le Christ (Évangiles ; 1 Co 11,23-29).

– 8 mai : les prières eucharistiques de l’Antiquité chrétienne et du Missel romain actuel.

– 15 mai : la réflexion théologique, au cours de l’histoire, sur la spécificité de l’Eucharistie.

– 22 mai : une contribution récente sur l’apport de l’Eucharistie aux attentes d’aujourd’hui.

Le déroulé des samedis matin : ● 9h00-10h30 : brève introduction puis lecture en groupes des textes prévus. ● 10h45-12h00 : exposé de professeur(e), suivi d’un débat sur l’ensemble de la réunion. S’inscrire svp sur le site du Forum : www.forumsaintmichel.be

  • Samedi 24 avril, à 9h.15 : matinée de ressourcement Oasis, à la Chapelle Notre Dame des Apôtres, avec le P. Ph. Wargnies. S’inscrire via le site Kelmesse.org

Catéchèse familiale : Troisième dimanche de Pâques

  • Christ est ressuscité !  – Il est vraiment ressuscité !

On voudrait tellement dérouler le fil des bouleversantes apparitions du Ressuscité, les saisir en quelque sorte comme Madeleine voulait retenir ou tenir le Christ dans le jardin de la Résurrection, mais cela nous échappe. Il y a des points communs et des différences entre les évangiles, mais tous ces récits nous disent l’essentiel : Christ est ressuscité dans la réalité de son corps transfiguré en accomplissant ainsi les Ecritures. Les disciples-apôtres en sont les témoins.

Apparition du Ressuscité aux apôtres (Lc 24, 35-48) ; pistes pour une catéchèse familiale

Lecture de l’évangile

Que nous dit St Luc ? Le soir du jour de la Résurrection, Cléophas et l’autre disciple, reviennent pleins d’émotion d’Emmaüs et racontent aux Onze réunis et aux autres compagnons comment ils ont reconnu le Seigneur à la fraction du pain. Les apôtres confirment leurs dires : C’est bien vrai ! ou Il est vraiment ressuscité ! (Comme le font aujourd’hui les chrétiens d’Orient) et ils parlent ensuite d’une apparition à Simon Pierre. (Lc 24, 33-35)

Ensuite le Christ leur apparaît. A qui ? On comprend : à tous ceux qui étaient présents à ce moment-là.

Comme en St. Jean, il leur transmet la Paix. Ils sont frappés de stupeur et de crainte croyant voir un esprit (un fantôme).  Jésus les rassure en leur montrant ses plaies. Et dans ce récit il les invite même à toucher ses plaies. Pour les convaincre de la réalité corporelle de sa résurrection, il leur demande à manger. Il reçoit du poisson grillé qu’il mange sous leurs yeux.

« Ensuite, il fait appel à la mémoire des disciples, non pas aux souvenirs des faits passés comme avec les pèlerins d’Emmaüs, mais au souvenir de ses propres paroles, comme avec les femmes au tombeau (vv. 6-7). La résurrection appartient au plan de salut de Dieu, comme la passion. »… Jésus ouvre leur intelligence pour comprendre les Ecritures v45. « Il leur donne d’entrer dans la compréhension filiale de la volonté du Père… Dans l’Esprit Saint, l’Ecriture est à lire, non plus en scribe mais en fils… Désormais, les témoins pourront vivre filialement « ce qui leur arrive », puisque c’est ce qui est arrivé à Jésus. « (P. Jean Radermakers sj)

Demandons au Seigneur de recevoir sa Parole à la lumière de la foi et aussi à recevoir notre vie, tous les jours, en fils et filles de Dieu !

Continuons à puiser dans les trésors de notre patrimoine artistique ! Voici un panneau de sculpture en bois polychrome parmi ceux qui entouraient le chœur de la cathédrale de Notre-Dame de Paris. Il montre l’apparition du Ressuscité aux apôtres (d’après St. Lc ou St. Marc ; au Moyen Age on était attentif au message et non aux précisions historiques et d’exégèse). On peut voir la table où Jésus a mangé le poisson et aussi la bible que le Seigneur tient. (A l’époque de Jésus il s’agissait de rouleaux bien-sûr). La catéchèse en images de nos ancêtres est pour nous un témoignage de leur foi également.

NB. Jésus ressuscité est-il comme auparavant ? Oui et Non. La Résurrection n’a pas été racontée par les disciples de la même manière que la Passion, parce qu’elle est d’un tout autre ordre. Le Christ ressuscité échappe à nos dimensions d’espace et de temps ce qui n’était pas le cas auparavant. Il apparait et disparaît librement. Mais rien à voir avec Superman ou les fantômes. Les portes verrouillées ne l’empêchent pas d’entrer. Il porte les plaies, mais elles ne le font plus souffrir, la mort n’a plus d’emprise sur lui. Cependant, il n’est pas un pur esprit : il peut manger même s’il n’en a plus besoin. On peut le « voir » ou l’entendre sans le reconnaître. C’est lui qui se faire reconnaitre. Oui, Jésus est le même parce qu’on peut le reconnaître dans le cadre d’une relation de foi et d’intimité : à ses gestes comme la fraction du pain, à ses paroles qui rendent les cœurs des disciples d’Emmaüs brûlants, à la manière dont lui seul peut entrer en relation avec notre être profond, comme lorsqu’il appelle Marie de Magdala par son nom. Croire à la résurrection de Jésus et par sa promesse, à notre propre résurrection, est l’essence de notre foi chrétienne.

        Le troisième jour, il est ressuscité des morts… je crois à la communion des saints, à la résurrection de la chair et à la vie éternelle. Amen !  

Demande d’aide

Une famille que nous connaissons bien demande un coup de main. Comme les enfant sont élèves au collège, ce serait bien qu’ils puissent rester dans le quartier de st Michel. Si quelqu’un a une proposition, on peut vous mettre en contact. Mon mail : tommy.scholtes@tommyscholtes.be)

Nous sommes à la recherche d’un logement de trois chambres à Bruxelles ( sud Bruxelles) pour une famille de 5 personnes ( 2 adultes + 3 enfants). Avant le 31 juillet 2021. Nous sommes prêts à payer un loyer de 1000 euros chaque mois.

Cordialement, Constantine Mukaneza